Le gueblo du Cobab

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La rvolte est politique

L'tat d'exception s'assume aujourd'hui au grand jour avec le couvre-feu, les ordres donns au juge par le ministre de l'intrieur, l'interdiction des rassemblements, notamment celui hebdomadaire du 9e collectif parisien de sans-pap et celui ce soir du Mrap et de Droits devant. Addendum : En fin de compte, le rassemblement au pont Saint-Michel est autoris. Celui du 9e collectif tait interdit mais a pu avoir lieu.

L'utilisation des lois coloniales pour affronter un problme politique[1] et la dngation de nationalit dont sont victimes les populations des quartiers pauvres montre la pertinence de l'analyse et des revendications du Mouvement des indignes mme Emmanuel Terray, de la LDH, du le reconnatre. Les meutiers, lorsqu'on accepte de leur parler, sont de plus en plus nombreux revendiquer la caractre politique des meutes. Je n'ai pas plus aujourd'hui que le reste de la semaine le temps de faire un billet. Je repompe le communiqu des Indignes.

NON AU COUVRE-FEU COLONIAL !

LA REVOLTE NEST PAS UN CRIME !

LES VERITABLES INCENDIAIRES SONT AU POUVOIR !

Brutalit permanente de la police, mpris de la douleur des gens aprs la mort de deux adolescents, gazage dune mosque, propos irresponsables des autorits de ltat, les provocations dun pouvoir exclusivement proccup par les calculs politiciens et les chances lectorales ont mis le feu aux poudres, et servi de dtonateurs la rvolte longuement rentre de la jeunesse indigne ou indignise des quartiers populaires. On parle dsormais denvoyer la troupe pour mater cette rvolte. On ne lenvisage, dans une logique de guerre civile, que pour parler de sa rpression.

Victimes de toutes les discriminations, de toutes les humiliations, objets permanents du mpris social, de la brutalit policire, des contrles au facis, du racisme, privs davenir, prcariss, dclasss, rejets, orients par le systme scolaire dans les voies de garage, interdits de se rassembler, toujours souponns de tous les maux, privs de leur droit au respect et la dignit, les jeunes des quartiers expriment leur rvolte de manire spectaculaire et disent :  Nous navons pas dautre moyen de nous faire entendre ! . Face une violence sociale et institutionnelle insupportable, leur rvolte est plus que lgitime : elle est salutaire. Elle constitue une raction politique. En lassimilant la dlinquance, en y opposant la rpression brutale, en ajoutant le mpris la provocation, le pouvoir souffle sur lincendie quil a lui-mme allum.

Cette rvolte confirme lanalyse que le Mouvement des Indignes de la Rpublique a propose depuis le lancement de son Appel en janvier 2005. La riposte des institutions de ltat est lillustration de la gestion coloniale des populations issues de limmigration, quel que soit le rgime en place, de droite comme de gauche. Dominique de Villepin en est la dernire incarnation. Lactuel Premier Ministre a dcrt ltat durgence et la possibilit pour les Prfets dinstaurer un couvre feu dans les quartiers populaires en sappuyant sur une loi coloniale adopte en 1955 pour rprimer le mouvement national algrien. Cest cette mme loi qui a servi mater dans le sang les manifestants algriens du 17 Octobre 1961 et qui a t mise en uvre en Kanaky en 1984 sous le gouvernement socialiste de Laurent Fabius. La continuit des pratiques nest donc plus prouver. La matrice idologique ayant permis ces crimes coloniaux animent toujours les manires institutionnelles de voir, de penser, de ressentir et de traiter administrativement les populations issues de la colonisation et assignes rsidence dans ces nouvelles zones dindignat que sont les quartiers populaires.

Quand la proposition du " droit l'apprentissage 14 ans", ce n'est ni plus ni moins qu'une remise en cause de l'obligation de scolarisation jusqu' 16 ans; c'est un des acquis que la droite voulait dmanteler depuis longtemps. Elle ose aujourd'hui le prsenter comme une mesure "en faveur des dshrits" : c'est en ralit l'annonce cynique que, ilotes aujourd'hui, les habitants des quartiers populaires seront ilotes demain, et ds 14 ans.

Les formes prises par cette rvolte conduisent des violences et des dgts dont sont galement victimes les populations dshrites de ces quartiers. Nous tenons affirmer notre plus entire solidarit ces populations, et celles et ceux dont les biens ont t endommags ou dtruits. Ltat, responsable de la situation, doit sans dlai les indemniser de la totalit du prjudice quelles subissent.

Ce quexige la jeunesse des cits, cest dtre reconnue dans sa dignit, cest de pouvoir vivre dans lgalit et le respect. Il sagit dune exigence politique et sociale leve, juste dans son principe, et laquelle il est ncessaire de rpondre politiquement.

DES A PRESENT, NOUS POSONS UN CERTAIN NOMBRE DEXIGENCES

Bien videmment, lactuel ministre de lintrieur doit tre dmis de ses fonctions sil ne dmissionne pas lui-mme ; il en va de mme du premier ministre qui approuve et soutient publiquement la rpression de masse que son collgue organise. Mais nous ne nous faisons pas dillusion sur les effets rels de ces dmissions : si, symboliquement, le dpart de ces boute-feu simpose, il ne constitue en aucun cas une solution, ni un objectif de lutte prioritaire. Nous ne militons pas pour un clan contre un autre, nous ne nous faisons pas dillusion sur les objectifs rels des politiques, de droite ou de gauche, qui lorgnent sur le pouvoir et dont lhorizon est born par les lections venir.

* Des centaines de jeunes ont t interpells et arrts par les forces de police dans le cadre des vnements en cours. Nous exigeons leur libration immdiate. Il convient de reconnatre aux faits qui leurs sont reprochs leur caractre politique, et de leur refuser un traitement judiciaire, dont la logique est celle de la provocation : les rvolts ne sont ni des  racailles  ni des  sauvageons . Ils doivent tre entendus pour ce quils sont, et pour cela lamnistie pour les rvolts simpose. Nous refusons quune justice plus ou moins expditive frappe arbitrairement certains, et que les autres demeurent sous le coup dun risque darrestation et de poursuites. rvolte politique, rponse politique.

* Des parties entires de la Seine-Saint Denis et dautres zones urbaines font lobjet dune vritable occupation par des milliers de CRS ou autres gendarmes, dans une logique de guerre civile. Nous exigeons leur vacuation sans dlai. La prsence de ces forces de rpression et plus forte raison celle de forces militaires contribue, non pas la  scurit publique , mais attiser la rvolte des populations. Elle porte atteinte leur dignit et constitue comme une punition collective que nous refusons.

* Par centaines, des habitants des cits en rvolte ont subi de gros dommages du fait des meutes. Ces victimes doivent tre indemnises immdiatement ; lintervention cette fin des pouvoirs publics se justifie parfaitement par la responsabilit entire de ltat dans la situation actuelle.

* Il est indispensable de faire la lumire complte et de dire la vrit sur les vnements qui ont dclench la rvolte : sur la mort de Zyad Benna et Bouna Traor et sur le gazage de la Mosque de Clichy-sous-bois. Une commission denqute indpendante, comportant des reprsentants des habitants et des acteurs de terrain doit tre forme et dote de moyens rels, pour mettre en lumire les agissements de la police tout au long du droulement des vnements.

* Linstauration de ltat durgence renforce de manire scandaleuse lisolement et lenclavement organiss des quartiers populaires. Il doit y tre mis fin sans dlai et la libert de circulation des habitants des quartiers doit tre restaure et garantie.

* Les dispositifs  scuritaires  institus par les lois Perben, Sarkozy, Chevnement, Vaillant, doivent tre supprims ; les textes qui les instituent doivent tre retirs.

* Nous exigeons la mise en place dune politique rsolue de lutte contre les discriminations dans tous les domaines et de mesures immdiates contre la prcarit , le chmage et la ghettosation : la cration demplois stables et valorisants, tant publics que privs ; la garantie dune galit relle en matire dducation et de formation; la mise en place de mesures damlioration des conditions de logement et du cadre de vie dans les quartiers populaires , ce qui passe notamment par la garantie de transports en commun dignes de ce nom et gratuits; le droit de vote et la citoyennet de rsidence pour les non-franais et la rgularisation de tous les sans-papiers.

Nous invitons par ailleurs, partout o cest possible, lorganisation de dbats et de runions publiques, la prise des dispositions ncessaires la convergence de laction en vue de faire plier le gouvernement.

Fait Paris le 9 Novembre 2005

Notes

[1] et il n'est pas anodin de noter que cette loi n'a pas t utilise en 68

Rétroliens

Aucun rétrolien.

Les rétroliens pour ce billet sont fermés.

Commentaires

1. Le samedi 12 novembre 2005 à 17:05, par Pangloss

LOL mais c'est des grands comiques ces gens la!

"leur rvolte est plus que lgitime : elle est salutaire.". Ok donnez vos addresse que j'aille me rvolter sur vos voitures, vos maisons et vos vies.

Je crois qu'on oublie tous une grande chose : "garantir la libert des casseurs c'est detruire mon droit possder des objets"

Moi aussi j'ai mes problms mais je vais pas dtruire.

2. Le jeudi 13 mars 2014 à 20:31, par authentic hermes belt

hermes bags blog vn La r�volte est politique - Le gueblo du Cobab

3. Le jeudi 20 mars 2014 à 03:15, par christian louboutin outlet vegas

christian louboutin usa headquarters La r�volte est politique - Le gueblo du Cobab

4. Le jeudi 20 mars 2014 à 04:33, par christian louboutin outlet legit

louboutin cork pump La r�volte est politique - Le gueblo du Cobab

5. Le jeudi 20 mars 2014 à 05:12, par red sole shoes justin timberlake

christian louboutin flat boots La r�volte est politique - Le gueblo du Cobab

Ajouter un commentaire

Le gueblo du Cobab

Le gueblo est propulsé comme on dit par Dotclear d'Olivier Meunier, à travers une adaptation du thème Keepsake du à Kozlika, sous un titre pompé sans vergogne au regretté Igwal. un grand merci à eux.

Il est hébergé coopérativement chez Ouvaton. Pour des réclamations sur le contenu du gueblo (articles ou commentaires), merci de m'écrire. La loi vous autorise également à vous plaindre directement à l'hébergeur.

Sauf mention particulière, je (Cobab) suis l'unique auteur de tout le contenu du blog, à l'exception bien entendu des commentaires. En cas de reprise, merci de citer la source...

Dernières nouvelles d’ailleurs

Claude Guillon

Oreste

Les mots sont importants

Le Typographe

Calendrier

« novembre 2005 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930