Le gueblo du Cobab

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Carpe diemÉ ¡ i la nit ! : les cadrans solaires de Joan

Mon copain Joan Olivares, d'Otos, dans la vallŽe d'Albaida (Ç comunitat È de Valence, en Espagne), est un astronome amateur spŽcialiste des cadrans solaires ; avec Rafael Amoros, ils en construisent de toutes sortes : verticaux, horizontaux, Žquatoriaux, portables, inversŽs de diffŽrentes maniresÉ le dernier projet a ŽtŽ la collaboration avec une demi-douzaine d'artistes plasticiens catalans pour garnir son village d'une foultitude cadrans solaires tous plus originaux les uns que les autres.

Joan est Žgalement l'auteur de Ç Rellotges de sol: ombres del passat È, dans Mtode, revue de vulgarisation scientifique de l'universitŽ de Valence, traitant des diffŽrents types de cadrans solaires, et de Rellotges i calendaris solars a la vall d'Albaida (Ontinyent, Caixa d'Ontinyent, 1998), une histoire complte des cadrans dans sa vallŽe (et aussi d'un roman Žrotique, mais c'est hors-sujet).

Seuls deux[1] de ses cadrans, pas les plus beaux, sont rŽpertoriŽs par l'Inventaire des cadrans solaires des pays catalans. Ils sont tous deux situŽs ˆ Ontinyent et prŽsentent tout de mme un intŽrt pŽdagogique :

Le premier est un double Ç vertical dŽclinant È, montŽ sur colonne : il permet ainsi de lire l'heure toute la journŽe durant, ce que ne permettent pas les cadrans verticaux habituels.



Le second montre les courbes dites Ç zodiacales È Ñ ou calendaires : la courbe du haut est parcourue par la pointe de l'ombre du gnomon au solstice d'hiver, celle du bas au solstice d'ŽtŽ, celle du milieu aux Žquinoxes. On comprend ainsi comment un cadran de plus grande taille (pour la prŽcision) peut indiquer, outre l'heure, la date.

Le premier cadran rŽalisŽ par Joan et Rafael ˆ Otos, (outre celui qui orne la faade se sa maison[2], sur lequel s'inscrit la devise bilingue : Carpe diemÉ ¡ i la nit ![3]) est me semble-t-il celui-ci[4] :

sur le parking de la piscine municipal et du terrain de jeu. C'est un cadran du type le plus simple, Žquatorial.

Au cours des annŽes, Joan et Rafael ont ornŽ plusieurs faades du village, et plusieurs places de la rŽgion, de cadrans les plus divers. Mais l'an dernier fut le moment de leur grand projet : Otos el poble dels rellotges de sol, associant une demi-douzaine de plasticiens (Andreu Alfaro, Rafael Armengol, Arcadi Blasco, Manuel Boix, Artur Heras, Elisa Mart’, Antoni Mir—) pour la rŽalisation de cadrans au quatre coins du village. Ceux-ci sont visibles sur la page officielle du projet, et Žgalement (mieux mme) dans l'article qu'y consacre Mario Mira Alfonso dans la Revista del Aficionado a la Meteorologia. J'y emprunte nŽanmoins quelques photos de ceux que je prŽfre :

la pastque de Artur Heras, Mel—-soleil :

le faux Žquatorial monumental de la grand-place du village, par Andreu Alfaro, La norma no es un dogma :

le grand bi d'Antoni M’ro, Bici-rellotge :

et le multi-culturel de Joan et Rafa, Venim del nord, venim del sud, avec ses chiffres romains, arabes, et au long en catalan.

Allez voir le reportage de Mario pour d'autres photos (Polyphme, les poivronsÉ).

Lire aussi un billet sur Pols d'Estels, bloc d'Enric Marco (astronome Žgalement).

Notes

[1] photos empruntŽes ˆ Gnomonica, © J. Olivares.

[2] et dont je m'aperois avec stupeur, dŽsarroi, et un peu d'Žnervement que je n'en ai mme pas une photo.

[3] Sur d'autres cadran, on trouve Žgalement, tout en latin : Carpe diemÉ et noctem, soit : Ç Profite du jourÉ et de la nuit ! È.

[4] Photo Joan Olivares.

Rétroliens

Aucun rétrolien.

Les rétroliens pour ce billet sont fermés.

Commentaires

1. Le lundi 19 septembre 2005 à 23:12, par Attila

Ha haÉ rifolo de voir l'heure solaire ˆ l'heure de la mondialisationÉ t'as pŽcho un coup de nostalgie, ou y te serait d'un seul coup venu dans la caboche que le pauv'usinard qui croit se lever ˆ 5 plombes pou'l'grincha y s'lve ˆ 3 en vŽritŽ ?

2. Le mardi 20 septembre 2005 à 11:24, par Cobab

Ce sera le sujet d'un prochain billet.

Ajouter un commentaire

Le gueblo du Cobab

Le gueblo est propulsé comme on dit par Dotclear d'Olivier Meunier, à travers une adaptation du thème Keepsake du à Kozlika, sous un titre pompé sans vergogne au regretté Igwal. un grand merci à eux.

Il est hébergé coopérativement chez Ouvaton. Pour des réclamations sur le contenu du gueblo (articles ou commentaires), merci de m'écrire. La loi vous autorise également à vous plaindre directement à l'hébergeur.

Sauf mention particulière, je (Cobab) suis l'unique auteur de tout le contenu du blog, à l'exception bien entendu des commentaires. En cas de reprise, merci de citer la source...

Dernières nouvelles d’ailleurs

Claude Guillon

Oreste

Les mots sont importants

Le Typographe

Calendrier

« septembre 2005 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930